Vivre à Berriat : Point sur les actions du collectifs

Nous avons rencontré le CCS1 le 25 Octobre 2011. Pas grand chose ne ressort de cette réunion si ce n'est que l'on nous a invité à recontacter Grenoble Habitat afin de discuter avec eux du projet au 20ter rue Raspail. Aprés échange de courriel un rendez-vous est pris le 5 Janvier 2012 entre le collectif, Grenoble Habitat et la ville de Grenoble représentée par Mr Jean-Philippe Motte.

Suite à la délivrance d'un permis modificatif sur l'ilot d'Alembert (opération ICP), nous déposons un nouveau recours gracieux au maire sur cette opération. Et suite à la délivrance d'un autre permis modificatif sur le projet au 27/29 Raspail (opération ICP), nous déposons un autre recours gracieux auprès du maire. Nous n'avons même plus de réponse à ces recours... Nous allons donc lancer des nouveaux recours au Tribunal Administratif pour ces modificatifs.

5 Janvier 2012 : notre collectif est reçu par Grenoble Habitat. Nous exposons nos demandes et points de vue : réduction des hauteurs, pas d'élargissement "artificiel" de la rue Raspail, traitement global de la question des anciens terrains du GRETA, aucune opposition au logement social. Les différents interlocuteurs en face reconnaissent oralement diverses erreurs dans la démarche de projet (pas de deuxième réunion pourtant promise, accélération du projet par rapport aux 2 autres opérations sur les locaux du GRETA) et dans la prise en compte de l'avis des habitants. Ils nous apprennent aussi que, contrairement à ce qui nous avait été dit, c'est la Ville qui a fait l'étude de faisabilité (22 logements à l'époque) en même temps qu'elle proposait l'élargissement bien "opportun" de la rue Raspail (sous un prétexte fallacieux d'alignement limité au seul projet de Grenoble Habitat… depuis quand un élargissement de rue se limite-t-il à 20 m, si ce n'est quand son seul but est de permettre de construire un étage de plus). Néanmoins, en conclusion, ils ne remettent aucunement leur projet en cause : le chantier démarrera d'ici quelques semaines le temps de régler quelques détails administratifs. Les membres de notre collectif leur rappellent notre détermination : nous n'hésiterons pas à demander un référé-suspension dès le démarrage du chantier.

Nous avons mis en place des stands d'informations réguliers afin d'informer les gens de nos actions et d'échanger avec eux. Une pétition circule lors de ces stands d'informations pour demander l'annulation des permis et une discussion sur les projets possibles avec les locaux sauvegardés. Le prochain stand se tiendra le samedi 4 Février 2012 de 10H à 12-13H au 34 bis rue Nicolas Chorrier dans la cour de l'atelier Bobine.